La débâcle des sentiments

Quelques jours sans connexion internet, ça fait du bien ! Il devrait y avoir des pannes plus souvent car quand tout fonctionne, j’ai quand même du mal à décrocher je l’avoue.

Le rendez-vous avec Croquette, notre gynéco parisienne approche… J’ai à la fois hâte de savoir ce qu’elle va nous dire et en même temps, j’y vais l’esprit tourmenté. Notre dernier (premier) entretien a eu l’effet d’un tremblement de terre émotionnel. Beaucoup de choses remises en question, perte de confiance envers le corps médical d’une manière générale, doutes concernant nos choix et celui de la clinique en particulier (avec laquelle nous nous sommes déjà engagés financièrement bien sûr sinon ce serait moins problématique). Je ne détaille pas la foule de sentiments ravageurs et contradictoires qui me sont passés par la tête ces dernières semaines ou vous attraperiez la migraine !!!… Du coup, j’appréhende un peu. Que va t-elle nous dire concernant cette endométriose (découverte après 5 ans de parcours je le rappelle…). Quid du fibrome détecté à l’écho, des prochaines échéances, des éventuels examens complémentaires, des traitements à venir, et des techniques qu’on nous propose ou pas (blastos ou pas blastos, don ou pas double don ?…)

Je vais vous faire un aveu, tout ça commence à me gonfler prodigieusement, mais vraiment, à un stade jamais atteint jusqu’ici.

Est-ce que je traverse un passage transitoire vers l’abandon, le renoncement ? Je ne sais pas, mais j’en viens à espérer que c’est ça. Je sens que j’ai besoin d’autre chose, de passer à autre chose plus exactement. Je voudrais retrouver une vie normale, insouciante et joyeuse.
Marre de me priver de congés et de les « économiser » pour de futurs voyages en Espagne qui jusqu’ici ont tous été stériles. Par dessus la tête de passer tous mes RTT en consultation. Lasse de mettre si longtemps ma vie et celle de mon chéri entre parenthèses pour un projet qui n’a peut-être pas d’issue. Révoltée de découvrir une endométriose (et va savoir quoi d’autre, on ne sait pas encore tout !) après un si long parcours. Je voudrais moi aussi connaître le bonheur d’avoir un enfant sans devoir passer par toutes ces entraves, et même avec, je crois avoir suffisamment donné non ? Je voudrais rire de joie et de bonheur partagé quand mes amis m’annoncent la naissance de leur futur enfant, pas éclater en sanglots !!!

Je pensais être passée au-dessus de tout ça, je pensais avoir développé une capacité de résilience, avoir franchi un cap vers l’acceptation. Mais en fait non. Je suis revenue au point de départ, sauf que je n’ai plus d’énergie. Comment faire pour vivre avec ce sentiment d’injustice au quotidien ?
Je rassure mes proches qui passent de temps en temps prendre des nouvelles, je ne suis pas au bord du suicide, loin de là, j’ai une  chance extraordinaire d’avoir à mes côtés le plus courageux des hommes (le plus rigolo et le plus doux aussi !!!),  c’est juste que je voudrais pouvoir vivre comme tout le monde, être mère comme la plus grande partie du commun des mortels, offrir cet immense bonheur à celui que j’aime, que tous nos efforts et l’énergie qu’on y consacre soit enfin récompensés. C’est trop demander ?

Ou alors accepter de ne pas l’être. Ou envisager une autre façon de l’être, mais là on est au pied d’une autre montagne…

Publicités
Cet article a été publié dans Et la vie dans tout ça ?, Parcours en Espagne, Parcours PMA. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour La débâcle des sentiments

  1. irouwen dit :

    J’avais écris un super message il y a quelques jours, mais il a disparue.
    Il me faut retrouver mes mots et je reviens pour te donner mon avis

  2. irouwen dit :

    Bon je reviens par ici.
    Je n’ai plus les mots que je t’avais écris la première fois.
    Juste te dire que c’est à mon avis, normal ce que tu ressens. VOtre dernier rendez-vous a été comme un grand coup de balai sur tout ce que vous avez fait depuis tant d’année. Une remise en question, de nouvelles questions, un éclairage sur votre passé médical. Une remise des compteurs à zéro qui nécessite de revoir le passé et le futur sous un autre angle et cela ne se fait pas en claquant des doigts.
    L’été dernier j’étais moi aussi dans le ras le bol de tout et surtout de cette attente interminable et douloureuse. Avec l’annonce des diverses « maladies » nouvelles. Plus envie de me battre pour régler, dépasser tout ça. Renoncement pas forcément au désir d’enfant, mais renoncement à la lutte. Envie de me laisser porter par d’autres, des gens compétents (Croquette et sa collègue endocrinologue, laisser la décision de partir ou pas à Chéri, aux docs). C’est à mon avis une étape saine face aux difficultés rencontrées, au temps passé.
    Votre nouveau rendez-vous devrait permettre d’éclairer autrement le futur.
    Chez Maia, il y a plusieurs filles qui ont de l’endométriose et qui sont enceintes ou mamans. Croquette m’avait parlé d’adénomiose lors d’un de nos rendez-vous échographique avant le départ, jamais personne ne m’avait dit que j’avais ça. Je n’ai même pas chercher à savoir ce que cela représentait en terme médical. Plus envie de me battre contre des moulins à vent.
    Elle était ok pour notre départ, nous sommes partis.
    Tout ça pour te dire, que là tu sature, mais que les choses peuvent se décoincer d’un seul coup, vers un enfant, sans que l’on sache bien pourquoi. Mais je pense quand même qu’un bon accompagnement médical, par quelqu’un de compétent est un atout supplémentaire et nouveau dans votre parcours.
    Alors, moi je suis optimiste pour vous. J’attends de tes nouvelles, ici ou ailleurs.

    • loLo dit :

      Merci beaucoup pour ton long message.
      C’est exactement ce que je disais à ma psy… je ne renonce pas à avoir un enfant, mais je renonce à me battre (pour le moment du moins).
      Aujourd’hui je ne suis plus capable de prendre la moindre décision, et en plus nous avons des sons de cloches contradictoires car le point de vue de Croquette est complètement opposé à celui de la clinique, ce qui ne facilite pas la tâche. J’en parlerai dans un prochain article.
      J’espère que tout va bien de ton côté, pas à pas, tu approches des étoiles…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s