105

C’est le nombre d’articles parus sur ce blog.

C’est aussi le numéro de la page du recueil d’où est tiré ce poème qui a inspiré Becca Stevens, une chanteuse que j’adule, que j’admire, que j’adore…

—> 105 <—

Allez, puisque vous insistez, je mets le poème… pour les anglophones qui passeraient par ici ! (je préfère ne pas traduire, ça briserait tout le charme).

 There are things to be remembered when the heart is old,

and many words are waiting before the tale is told;

for many hawks are plunging upon the summer air,

and still the mice are creeping, and still the world is fair.

 A necessary evil is portioned to the heart;

we might as well acknowledge the devil from the start

and know the hasty blossom as swiftly will decay,

 while other flowers are waiting to grace a forward day.

It is foolish to have wisdom and folly to be blind;

to see and take and question must nourish any mind;

 reserve a quiet judgment for the heart is old,

when fewer words are needed before the tale is told.

Publicités
Cet article a été publié dans Coup de coeur, Miouzik. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour 105

  1. irouwen dit :

    Pas de nouvelle, bonnes nouvelles ????
    Besoin de prendre l’air ???
    Tentative en cours avec besoin de prise de distance avec le net, qui peut prendre la tête.
    J’espère que tout vas pour le mieux malgré tout.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s