Don’t give up

Ce billet s’adresse à mes copines de galères.

Il y a celles qui m’accompagnent depuis plusieurs années. Avec qui j’ai partagé les premiers kilomètres, sur la route hasardeuse des inséminations, et puis les suivants, sur la route sinueuse des FIV…  Pour la plupart, elles sont arrivées à destination.
Non, je pense qu’à part toi, « M », qui a laissé tombé les traitements (et qui peut-être continue à venir ici ?), TOUTES ont réussi.

Il y a celles que j’ai croisées sur le chemin du don d’ovocytes. La plupart d’entre elles ont réussi.

Et il y a celles qui sont encore sur le chemin, celles qui sont tout au début du chemin, celles qui continuent à mordre la poussière, celles qui essoufflées s’arrêtent au bord de la route, et celles qui me rejoignent sur le chemin du don, et qui continueront sans doute, toujours plus loin.

Je fréquente beaucoup de blogs. J’en commente quelques uns mais finalement très peu. Parfois aucun mot ne me parait approprié pour encourager, soutenir, soulager ou juste partager. Comment peut-on être convaincante et rassurante quand on a soi-même échoué ? Comment donner de l’espoir quand on l’a soi-même perdu ?

Je suis passée par toutes les souffrances auxquelles elles se retrouvent à leur tour confrontées et je me sens impuissante face à l’injustice qui les touche, j’ai peur de les faire fuir, étant toujours moi-même dans le tourbillon des échecs, après tout ce temps.

Je le dis ici, comme je l’ai déjà dit à certaines d’entre vous, mon parcours n’est pas un exemple de réussite, je me sens parfois décalée, désemparée et mal à l’aise devant certaines « PMettes » encore remplies d’espoir. Je continue d’éprouver le besoin d’être à vos côtés, sans doute pour me sentir moins seule, et certainement pour ne pas avoir fait tout ce chemin pour rien ni pour personne.

Comme il vaut mieux souvent une petite chansonnette plutôt qu’un long discours…

J’adore cette version !

et les paroles ne sont pas mal non plus…

Dans cette fière contrée nous sommes devenus forts
Nous étions désirés
On m’a appris à me battre, on m’a appris à gagner
Je n’ai jamais pensé que je pourrais échouer

Plus de combat à mener, en tout cas il semble
Je suis un homme déserté par tous ses rêves
J’ai changé de visage, j’ai changé de nom
Mais personne ne veut de toi quand tu perds

Ne baisse pas les bras
Car tu as des amis
Ne baisse pas les bras
Tu n’es pas encore vaincu
Ne baisse pas les bras
Je sais que tu peux y arriver

Bien que j’ai repensé à tout ça
Je n’ai jamais cru que je pourrais être affecté
Bien que nous étions les derniers à partir
Les choses prennent un cours si curieux

J’ai conduit la nuit, en direction de chez moi
L’endroit où je suis né, sur les bords du lac
Au lever du soleil, j’ai vu la terre
Les arbres calcinés reposaient sur le sol

Ne baisse pas les bras
Tu nous as toujours
Ne baisse pas les bras
Nous n’avons pas besoin de grand chose
Ne baisse pas les bras
Car il y a un endroit quelque part
Où nous avons notre place
Détends-toi
Tu t’inquiètes trop
Ca va aller
Quand les temps sont durs
Tu peux compter sur nous
Ne baisse pas les bras
S’il te plaît, ne baisse pas les bras

Je dois quitter cet endroit
Je ne peux plus le supporter
Je vais rester sur ce pont
Les yeux regardant en bas
Peu importe ce qui se présente
Ou ce qui nous quitte
La rivière s’écoule
La rivière s’écoule

Déménageant dans une autre ville
Se donnant du mal pour s’établir
Pour chaque emploi, tant d’hommes,
Tant d’hommes dont personne n’a besoin.

Ne baisse pas les bras
Car tu as des amis
Ne baisse pas les bras
Tu n’es pas le seul
Ne baisse pas les bras
Il n’y a pas de quoi avoir honte
Ne baisse pas les bras
Nous sommes avec toi
Ne baisse pas les bras
Nous sommes fiers de ce que tu es
Ne baisse pas les bras
Tu sais que ça n’a jamais été facile
Ne baisse pas les bras
Car je suis convaincu qu’il y a un endroit
Un endroit où nous avons notre place.

Publicités
Cet article a été publié dans Coup de coeur, Miouzik, Parcours PMA. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

12 commentaires pour Don’t give up

  1. Marie dit :

    Pour moi qui ai parfois si peur que ça ne marche pas, peur de craquer, de sombrer, de baisser les bras avant que ça ne vienne… Eh bien tu es un vrai encouragement, justement parce que ça n’a pas encore marché et que tu tiens le coup, droite dans tes bottes, et tu vas y arriver, et etre encore plus un encouragement, Alors n’aie pas peur de nous faire peur, au contraire, bien au contraire. Biz et merci

    • loLo dit :

      Ça me touche énormément Marie, et ça me rassure aussi. Je ne voudrais pas que mes encouragements « sonnent faux » au regard de ma propre expérience… je voudrais tant que vos parcours (dont le tien) soient le plus court possible ! (et c’est possible, c’est ça qu’il faut se dire). Bises !

  2. lilas1 dit :

    T’inquiète pas moi aussi je ressens ça : l’autre jour il y avait une fille qui remplissait un dossier pour un don d’ovocytes avec la secrétaire chez mon gynéco, elle posait plein de questions… je mourrais d’envie d’intervenir surtout qu’il n’y avait personne dans la salle d’attente et que la secrétaire est au courant de mon parcours, et bien je n’ai pas osée car je me suis dit « tu vas la découragée cette brave fille avec ton parcours de looseuse ! ».
    Je te souhaite beaucoup de bonheur. Bises

  3. irouwen dit :

    Lolo, il est certain qu’il ne faut pas baisser les bras, car la vie est là qui nous tend les siens.
    Il est certain que vous aimeriez plus que tout qu’un petit, voir deux, voir plus vous tendez les leurs. Alors pour eux pour ces enfants en devenir, il ne faut pas baisser les bras.
    S’encourager à vivre heureux en attendant le bonheur, oui je sais facile à dire. Mais c’était ma devise quand mes temps procréatifs étaient si incertains. Mais je voulais tellement être heureuse.
    Alors il faut s’accrocher à la vie, la tienne, la votre en attendant celle de vos petits.
    Des douces pensées neigeuses voguent vers toi, tous les jours.

    • loLo dit :

      Vivre heureux tout court, pour l’instant c’est notre priorité, ne plus mettre notre vie à nous 2 au second plan. Ce qui viendra ou pas, ce sera la cerise sur le gâteau ou pas, mais une chose est sûre cette attente et cette incertitude ne doit plus nous empêcher de vivre. Ne plus être pris en otages par ce bonheur qui ne vient pas. Moi aussi je t’envoie de douces pensées floconeuses !

  4. Merci pour cette chanson et… si je dois un jour me tourner vers le don, ton parcours est pour moi un exemple de ténacité et de force. Ne te sens pas mal à l’idée d’avoir du mal à encourager les autres car ton parcours même est un encouragement à ne pas abandonner.

  5. eh bien moi je peux te dire que tu es un exemple de persévérance, de bienveillance et de courage!!! j’espère tellement pour toi pour ton prochain voyage. prends soin de toi surtout. Je suis sûre que la prochaine tentative t’apportera le bonheur. je t’embrasse bien fort

    • loLo dit :

      Merci pour tes encouragements Lueur, c’est bon d’avoir autour de soi des personnes qui pensent que c’est encore possible quand on a soi-même de gros doutes. Toi aussi prend bien soin de toi ! Gros bisous

  6. Lulu dit :

    Nous sommes toujours dans notre réflexion pour le DO (si tout de passe bien, nous partons l’été prochain en Espagne) et ton parcours est un exemple pour moi, chère loLO.
    J’en suis admirative. Je sais, je sens et j’espère de tout mon cœur que vous serez parents un jour.
    Bises.

    • loLo dit :

      C’est gentil Lulu, je croise fort pour que vous ne soyez pas obligés d’en passer par là… encore quelques jours avant ta PDS, tout est possible Lulu !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s